[TECHNIQUE – LA RETOUCHE PHOTO]

 

La retouche photo, à ne pas confondre avec le développement, n’est pas apparu avec Photoshop (1990) et encore moins avec la photo numérique (année 90). La retouche photo existe depuis que la photo est apparu il y a 200 ans maintenant. A l’époque de l’argentique, celle-ci n(était pas faite par les photographes eux-même mais par des retoucheurs qui travaillaient au pinceau et la gouache directement sur la photo ou sur le négatif ou positif. Les retouches photo demandaient un certains savoir-faire technique et extrêmement de doigté. C’était un travail long et minutieux qui coûtait très cher, si bien que peu de personne ne faisaient retoucher ses photos.

Aujourd’hui, le rôle de retoucheur est devenu avec le numérique et les logiciels telle que Photoshop, une des nombreuses casquettes du photographe, même s’il existe encore des retoucheurs professionnels. Mais si les outils ont changé, la philosophie est restée la même, que la retouche soit simple ou complexe. Elle doit améliorer l’image et non la dégrader. Or cette philosophie est souvent mise à défaut par de trop nombreux photographes. Destruction de la structure de la peau, floutage et lisage à outrance, dénaturation du modelé, de la teinte… La retouche, même si la technique a évolué, demande toujours beaucoup de temps et de doigté si on veut arriver à un résultat probant. Elle ne doit pas être faite n’importe comment et toutes les photos n’ont pas vocation à être retouchées. Bien souvent, un bon développement suffit.

En ce qui me concerne, j’utilise essentiellement trois techniques pour effectuer mes retouches.

 

Le Split Frequency (séparation de fréquence)

Il existe de nombreuses façons de faire du Split Frequency et j’en ai testé beaucoup avant de m’arrêter sur celle-ci qui donne, selon moi, le meilleur résultat en terme de rendu, sans détruire la couche du modelé. Sa particularité est d’ajouter un troisième masque, intercalé entre la couche basse fréquence (le modelé) et la couche haute fréquence (la structure) afin d’agir sur les couleur, à l’image de la retouche argentique. Cela permet de ne pas toucher à la couche de modelé et donc de ne pas la détruire. Cette technique demande par contre plus de temps.

Le Filtre Passe-Haut Inversé (IHP)

Technique que j’ai acquise récemment que j’utilise avec parcimonie car elle peut s’avérer destructrice. Appliqué sous la forme d’un filtre dynamique via un calque de réglage, je m’en sers un peu comme du fond de teint. Cela me permet d’harmoniser les couleurs de la peau en atténuant les cassures entre les tons.

Le Dodge & Burn

Là encore  il existe plein de méthode pour le faire. Je me suis donc focalisé sur une qui apporte un très bon rendu. Je vais essentiellement l’utiliser pour faire du contouring et accentuer ainsi le modelé naturel du visage. Il va aussi a atténuer les rides ou plis de la peau encore trop marqués malgré l’IHP.

 

Exemple de retouche photo à base de Split Frequency intégrant une couche couleur, de Filtre Passe Haut Inversé (IHP) et de Dodge & Burn.